Investir dans la plus belle vue de Bruxelles. Up-site vous offre des appartements de haut standing avec conciergerie, salle de cinéma, wellness, restaurants

Interview avec Stephan Sonneville, CEO d’Atenor

Atenor Group, société immobilière belge cotée en bourse et ayant son siège social à La Hulpe, nourrit non seulement de hautes ambitions, mais les réalise également au quotidien. Grâce à la grande importance qu’elle accorde aux projets urbains mixtes, à l’attention spéciale qu’elle porte à la cohésion sociale, aux implications sociales de ses projets ainsi qu’à sa quête continue de qualité et d’équilibre optimal entre prix et rendement.

Historique remarquable

Ce n’est qu’en 1997 qu’Atenor fut érigée sous sa forme actuelle. Ses racines remontent pourtant très loin dans le temps, à l’année 1910, qui vit la création de Cominière, une entreprise d’exploitation active sur le territoire de l’ancienne colonie belge et qui fut dissoute en 1992. En 1990 déjà, la promotion immobilière fut introduite dans ses secteurs d’activité. Entre 1992 et 1997, l’entreprise demeura quelque temps aux mains des Britanniques, sous le nom de Lonhro. La constitution en 1997 de l’entreprise Atenor actuelle s’accompagna d’un intérêt de plus en plus marqué pour l’immobilier urbain à usage mixte. Et enfin, en 2005, toutes les activités extérieures à l’immobilier furent abandonnées.

Réorientation Réussie

Stéphan Sonneville déclare à propos de cette réorientation : « Notre décision s’est appuyée sur la constatation que la population urbaine était en pleine croissance, avec tous les défis que cela représentait sur le plan économique, écologique, social et politique. Le travail et le logement étaient soumis à d’importants changements. À partir de ce moment, nous nous sommes pleinement investis dans le marché des bureaux urbains, dans des projets purement résidentiels et dans des projets mixtes.Lorsque je vois qu’à l’heure actuelle, nous disposons d’un portefeuille de quelque 650 000 mètres carrés, soit l’équivalent de 2 500 appartements ainsi que 350 000 mètres carrés de surface commerciale, je ne peux que constater le bien-fondé du changement de priorités que nous avons opéré en 1997.

Nous avons en outre exporté à l’étranger le know-how et les méthodes que nous sommes parvenus à développer. Grâce à des implantations en Hongrie et en Roumanie, nous profitons aussi pleinement du marché immobilier local en plein boom, lequel présente de nombreuses similitudes avec celles de notre pays. Contrairement, notamment, au marché français que nous avons délibérément laissé de côté en raison du peu de valeur ajoutée et de processus décisionnels sensiblement différents ».

 

Vision et motivations

Stéphan Sonneville : « Le choix du type de projets immobiliers que nous développons actuellement a été motivé par un certain nombre de constatations et d’évolutions importantes. Notamment, comme je l’ai déjà mentionné, par la croissance démographique dans les villes, qui engendre une augmentation de la demande de logements abordables et de qualité. Mais nous remarquons en outre un besoin important de cohésion sociale. Nos projets mixtes répondent à ce besoin et donnent souvent naissance à de nouvelles « communautés », où tous les besoins en matière de travail, logement, contacts sociaux, culture, shopping et détente trouvent une réponse locale. Ce faisant, nous instaurons également des environnements de travail qui restent occupés après 17 heures et au sein desquels le contrôle social assure une sécurité accrue.Par ailleurs, les implantations soigneusement réfléchies de nos projets garantissent une réduction maximale des déplacements contraignants et polluants domicile-lieu de travail, ce qui favorise une plus grande mobilité. En raison d’un manque d’espace dans nos villes et à des fins écologiques, le besoin de « densification » augmente, besoin auquel nos projets mixtes répondent parfaitement. Sans oublier l’attention particulière que nous accordons à la qualité de nos emplacements, de l’architecture aux finitions. »

 

Bruxelles, marché immobilier atypique

Stéphan Sonneville : « Le marché immobilier de la capitale se compose dans une large mesure d’immeubles commerciaux, résultat d’une évolution historique, puisque bon nombre d’organismes publics, d’administrations et de multinationales y ont établi leur quartier général européen. Nous constatons à l’heure actuelle que ce marché continue à se réduire et que beaucoup d’immeubles de bureaux sont vétustes, ne répondent plus du tout à la demande actuelle de paysages ouverts ou ont parfois été construits à des emplacements moins appropriés. Ajoutez à cela le fait que la croissance d’entreprises de grande envergure stagne ou diminue et que certaines grandes sociétés boudent à nouveau la capitale. Il en résulte un nombre considérable de grands complexes de bureaux vétustes inoccupés.Ainsi qu’une demande croissante de nouvelles constructions de plus petite taille, à la mesure des PME. Notre combinaison d’espaces résidentiels et professionnels répond totalement à cette nouvelle demande. Nous veillons évidemment toujours à obtenir un équilibre parfait entre, d’une part, un prix abordable pour les habitants et d’autre part, du rendement pour nos investisseurs. »

 

Up-Site redessine le paysage bruxellois

Un projet récent a augmenté la visibilité d’Atenor Group, au sens propre comme au sens figuré : celui de la tour résidentielle Up-Site inaugurée en 2014. Cette tour de 140 mètres de hauteur, comprenant 41 étages et 251 appartements, ainsi que les logements construits à proximité, comptent une surface habitable de 50 000 mètres carrés, soit environ un dixième de la totalité du portefeuille résidentiel d’Atenor. Les logements voisins s’ouvrent à l’avant sur de larges terrasses qui descendent vers le canal. La tour se situe dans le quartier branché du canal de Bruxelles, non loin du bâtiment emblématique de Citroën et en face du site de « Tour & Taxis ». Au sein du même projet, sur le quai de Willebroek, nous avons également construit 30 000 mètres carrés de bureaux. Au total, nous parlons de plus de 80 000 mètres carrés ! Up-Site est non seulement un nouveau symbole et un édifice qui se remarque dans le ciel bruxellois, mais il représente sans nul doute une étape importante dans l’histoire d’Atenor.

L’importance de choisir un bon partenaire

Stéphan Sonneville : « Dans chaque domaine, nous collaborons avec d’excellents partenaires. Pour la commercialisation de nos projets aussi, nous faisons appel à des spécialistes externes. Lorsque Qubrik nous a contactés, nous avons immédiatement été séduits par leur engagement, leur professionnalisme, leur motivation ainsi que leur approche efficace et réaliste. En ce qui concerne le projet Up-Site, ils ont vendu sans peine plusieurs dizaines d’appartements et, dans d’autres projets aussi, leur approche complète parfaitement notre mode de fonctionnement. »

Depuis 18 ans déjà, Atenor Group est un brillant exemple de dynamisme, de bonne gestion, d’intégrité et de transparence, conditions essentielles à un accès durable au marché des capitaux. Durant toutes ces années, la connaissance est restée entre nos murs et nous n’avons enregistré quasiment aucun changement sur le plan de l’actionnariat, du comité de direction et autres fonctions clés. Je crois que nous pouvons parler d’un cas unique parmi les sociétés cotées en bourse de notre pays.

Les articles similaires